D’où vient notre envie de posséder ?

date

auteure

Pour certaines choses, la réponse est évidente. Tout ne se partage pas. Il y a des objets personnels, intimes, personnalisés, périssables, fragiles, remplis de souvenirs… On ne louerait pas des feutres, un gâteau ou une petite culotte. D’accord.

Mais pourquoi vouloir posséder ces objets que nous n’utilisons pas longtemps, ou très rarement ? Le plaisir de dire que “c’est à moi” est-il plus fort que la satisfaction d’utiliser l’objet ? J’ai l’impression. Mais pourquoi ? Est-ce dans notre nature, ou le fruit de notre culture ? Ne vaudrait-il pas mieux louer plutôt qu’acheter ?

Je ne sais pas, et je serais curieuse de lire vos avis en réponse à cet article.

Comment savoir si quelque chose mérite d'être possédé ?

Il y a avant tout la durée d’utilisation de l’objet. Plus celui-ci peut nous servir longtemps, plus le posséder a du sens. Par exemple, j’aime posséder mes vêtements car je les garde très longtemps et ne m’en lasse que très rarement.

Ensuite, il y a la notion de fréquence… la durée seule ne suffit pas. Posséder un objet pendant 50 ans, s’il ne nous sert qu’une fois par an, n’a peut-être pas tant d’intérêt. Je possède une voiture mais je ne l’utilise que rarement, en weekend ou pour des vacances. La louer n’aurait-il pas été plus malin ? 

Il y a enfin une dernière dimension à prendre en compte, plus abstraite, plus personnelle. Quel est mon attachement pour cet objet, quelle est sa valeur émotionnelle, le souvenir qui lui est associé ? Peut-être que je n’en aurai pas besoin très longtemps ni très souvent. Mais peut-être que cet objet a beaucoup d’importance à mes yeux, et que je veux le conserver toute ou une partie de ma vie. Dans ce cas, le posséder a du sens. C’est un choix réfléchi. 

Quand la non-possession est une évidence

Mais si on ne possède pas, quelles sont les alternatives pour profiter d’un objet ? On partage, on mutualise, on échange, on emprunte… ou on loue. Autant de manière de profiter d’un objet sans le posséder. Partager des jouets au sein d’une fratrie et faire du troc avec les copains, louer une voiture ou faire du co-voiturage, emprunter des livres à la bibliothèque… tout cela est plutôt commun, ça ne surprend personne. 

Et louer des vêtements de bébé ? Faisons le point :

– Durée de vie : courte ! Surtout les 2 premières années.

– Fréquence d’utilisation : élevée mais sur peu de temps. Un manteau ne servira qu’un hiver.

– Valeur émotionnelle : variable… ça dépend des gens. Pour la plupart, ça reste matériel.

Louer toute la garde-robe de son bébé ? Surement pas, mais une partie des vêtements, oui. Ceux que l’on change au gré des saisons, ceux que l’on porte pour une occasion, ceux qui répondent à une envie du moment, un besoin de changement. Ceux qui viennent compléter un dressing ou assurer la transition entre deux saisons lors d’un changement de taille un peu rapide. Il y a mille occasions !

Oui il y a le troc, les dons, la seconde-main… Toutes ces possibilités ont des avantages et des inconvénients, et toutes se complètent.

Et pourtant… le chemin est long

De ma petite expérience chez Lili + Jude, je constate que peu de gens comprennent encore. Le besoin de posséder prend le dessus. Si je possède, mon argent semble mieux investi. Même si je devrai surement le vendre au rabais. Même si je finirai par le donner, après quelques mois ou années au fond du carton. “Mais au moins, il est à moi”.

Une maman m’a dit, plus tôt aujourd’hui : “Louer ne vaut pas vraiment le coup. Si je loue 2 mois (ndlr: soit -60% du prix neuf), je ne m’y retrouve pas”. Une petite voix me dit que si cette même personne avait acheté le vêtement ne serait-ce qu’à -20% en soldes, elle aurait été contente de son affaire. Elle aurait payé plus, mais serait propriétaire…

En louant 3 mois un vêtement chez Lili + Jude, nos abonnés économisent entre 40% et 65% du prix neuf (selon l’état d’usage). Alors si, louer “vaut le coup” 😉

À ne parler que d’économies, nous passons à côté de l’essentiel. Louer des vêtements de bébé, c’est aussi :

– Lutter contre la surproduction & le gaspillage textile

– Bénéficier d’un service complet : sélection et curation, qualité et d’hygiène, expédition soignée, service client, gain de temps et d’espace…

Et dans quel sens va la société ?

Je m’interroge, et vous ? 🙂

D’un côté, on parle d’économie circulaire, ou d’économie du partage (très différentes, mais elles ont en commun la notion de partage des ressources). Faire du covoiturage, “louer” sa musique via Spotify ou ses séries via Netflix. Louer des vêtements, des jouets, des couches… des modèles qui favorisent l’usage plutôt que la possession. 

De l’autre, on parle de NFT. De la joie que procure la possession d’un “objet digital”. La fierté de posséder des pixels, stockés quelques part sur un serveur.  “La réputation, la visibilité, l’ego dépendent de ces actifs qu’on peut posséder” nous dit le fondateur d’une grosse plateforme spécialisée dans le NFT. Intéressant, voilà qui en dit long sur nos préoccupations en 2022 !

Le mot de la fin

Maintenant est le moment, plus que jamais ! Certes il y a les l’ultra-fast-fashion, shein, amazon d’un côté… mais il y a aussi de nombreux acteurs engagés et conscients des enjeux de notre époque, qui innovent, imaginent et façonnent le monde de demain, celui que l’on rêve de laisser à nos enfants. Et Lili + Jude en fait partie. Certes notre service n’est pas parfait, il fait ses premiers pas, trébuche, se relève, fait des bonds en avant, et grandit avec nos premiers clients (Merci à eux du fond du coeur). Mais il a le mérite d’être là, de remettre en question le statu quo, et de proposer des alternatives. 

Si vous m’avez lue jusqu’ici, bravo et merci. Je terminerai sur une annonce, un clin d’oeil ironique à tout ce qui a été dit plus haut : nous allons proposer la vente prochainement de notre collection, en parallèle de la location. Il sera ensuite possible de nous renvoyer un jour les vêtements achetés contre un bon d’achat, et les vêtements repartiront en vente ou location sur le site. Ce modèle est circulaire aussi, mais moins clivant. Alors on hâte de vous le présenter ! #staytuned

Au plaisir de lire vos réactions, vos coups de gueule, vos mots d’amour et de soutien !

Gabrielle, Fondatrice de Lili + Jude

Et surtout restez connecté(e)s, d’autres articles sur la mode éthique et responsable arrivent bientôt !

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager avec d’autres futurs parents et à venir découvrir tous les autres articles de notre journal !

Pour plus d’informations, rendez-vous dans notre boutique Lili + Jude pour découvrir notre large proposition de vêtements de seconde main pour bébé de marques engagées et éco-responsables

plus d'articles

Welcome

-10% offerts sur votre première commande

Inscrivez-vous à la newsletter : actualités, coulisses, nouveautés… restez informés et rejoignez notre communauté !